Les traditions du mariage

lundi, 9 décembre 2013

De nombreuses traditions et symboles entourent la cérémonie du mariage et ce quelque soit la culture et la religion des mariés. Souvent hérités des pratiques païennes ou religieuses, ces symboles et traditions disparaissent et réapparaissent au fil de l’histoire. Voici quelques indications concernant certaines de ces traditions.

 

Les 4 éléments

Cette tradition venant de l’Angleterre du XIXème siècle est actuellement toujours pratiquée par les jeunes filles anglaises. « Something old, Something new, Something borrowed, Something blue ». Le principe veut que la future mariée porte 4 éléments le jour de son mariage :

  • un objet ancien : il symbolise la tradition, le respect, la continuité d’un héritage familial. Il peut s’agir d’un bijou de famille ou d’une robe de mariée héritée de sa mère ou sa grand-mère par exemple.
  • un objet neuf : il caractérise la réussite et le succès pour l’avenir de la nouvelle vie qui commence pour le couple. Généralement, les futures mariées choisissent la robe comme élément neuf, ou les chaussures.
  • un objet emprunté : il a le rôle du porte-bonheur. On choisit donc souvent un accessoire ayant été porté par une femme déjà mariée heureuse et comblée, le jour de son propre mariage. Il peut s’agir d’un ruban, d’un mouchoir, d’un sac, etc.
  • un objet bleu : il symbolise la pureté du couple et de leur amour partagé. Cet objet peut s’avérer plus difficile à trouver et à intégrer à sa tenue. Mais rien n’impose qu’il soit visible de tous. Il peut aussi par exemple s’agir d’un ruban bleu dans le bouquet.

Ces 4 éléments, aussi appelés « la clé du bonheur », protégeraient le mariage des mauvais augures et provoqueraient la chance.

Cette coutume est assez présente en Europe. Toujours plus de futures mariées s’y plient, ceci souvent plutôt par envie personnelle pour mettre toutes les chances de leur côté.

 

Le voile

Bien que la tradition de porter un voile se perde peu à peu, certaines mariées arrivent encore voilées devant l’autel lors de la cérémonie religieuse. Cet usage viendrait de l’époque ancienne où le jeune homme passait un drap sur la tête de la jeune fille qu’il voulait kidnapper puis épouser. La coutume s’est transformée à l’époque des mariages arrangés. En effet, on avait pour habitude de cacher le visage de la mariée jusqu’au moment où les époux étaient officiellement mariés, les caractéristiques physiques ne devant ainsi pas entrer en ligne de compte pour le mariage.

Le voile symbolisait l’innocence et la virginité de la mariée. De nos jours, la tradition veut que la mariée, après la cérémonie, découpe son voile en rubans et les distribue aux femmes célibataires présentes en gage de promesse de mariage à venir.

voile

Source: ryleehitchnerblog.com

 

Les dragées

Contrairement à ce que l’on peut imaginer, la tradition d’offrir des dragées à ses invités n’a pas pour origine la religion mais est liée à l’Histoire, et plus précisément à la Grèce antique. Il était coutume, lors des cérémonies, de déguster des amandes trempées dans du miel. Par ailleurs, une légende grecque raconte qu’une jeune femme s’est donné la mort ne voyant pas son fiancé revenir d’un long voyage. Les Dieux ayant pris pitié d’elle, auraient transformé la défunte en amandier, et ce dernier aurait donné des fruits lors du retour du jeune homme, lui offrant ainsi son amour éternel.

C’est au XIIIème siècle que les dragées ont commencé à se répandre en Europe. Elles étaient vendues aux femmes enceintes comme remède apaisant et aidant la digestion. Mais c’est dès le XVIIème siècle que les dragées ont été commercialisées massivement, notamment à la cour du Roi à Versailles et chez les nobles.

Du fait de ses différentes origines, la dragée symbolise l’amour, la fertilité et la fidélité.

 

Le lancer de riz

Cette tradition nous vient de l’Antiquité, où dans le monde rural, on lançait des graines de céréales sur les mariés pour favoriser leur fertilité et leur prospérité. Les graines ont progressivement été remplacées par du riz, lequel pensait-on éloignerait les mauvais esprits.

Aujourd’hui, bien que certains restent attachés à cette coutume, la plupart des couples optent pour une autre forme de lancer, comme par exemple le lancer de confettis, de pétales de roses, bulles de savon, etc.

lancer de riz

Source: pocketfulofdreams.co.uk

 

L’alliance

La coutume de l’échange des alliances prend naissance en Egypte, 2000 ans avant J.-C. Selon les égyptiens, la forme circulaire de l’anneau promet l’infini, sans début ni fin, comme l’amour.

Durant l’Antiquité, les Grecques pratiquent la coutume égyptienne tout en y ajoutant un élément. D’après eux, l’anneau doit se porter à l’annulaire gauche car une veine, appelée Vena Amoris, mène directement au cœur. Ils nomment dès lors cette veine « la veine de l’amour ».

Une autre explication, plus religieuse celle-ci, vient du XVIIème siècle. Lors d’un mariage chrétien, le prêtre de la cérémonie, après avoir touché les uns après les autres les trois premiers doigts de la main gauche, le pouce, l’index et le majeur (le Père, le Fils et le Saint-Esprit), aurait choisi le quatrième, l’annulaire, pour y placer l’alliance.

De nos jours, les alliances restent dans la sobriété. Elles peuvent être réalisées en or jaune, or blanc, argent, entre autres, et parfois être serties de pierres précieuses.

 

Le bouquet

La pratique du bouquet de fleurs remonte au Moyen-Âge, et plus précisément à la période des Guerres Saintes. Les croisés auraient rapporté la tradition selon laquelle les femmes confectionnaient des bouquets avec des fleurs d’oranger (symbole de pureté) pour le jour de leur mariage.

Bien plus tard, entre le XIXème siècle et le début de la Première Guerre Mondiale, on avait pour coutume de déposer le bouquet sur un coussin puis de le recouvrir d’une cloche en verre afin de conserver le bouquet de la mariée tout au long de l’union.

La signification du bouquet de la mariée prend tout son sens dans le lancer dudit bouquet : celle qui l’attrape se mariera dans l’année.

bouquet

Source: ruffledblog.com

 

Porter la mariée pour franchir le seuil de leur maison

Une tradition veut que le marié porte sa femme pour franchir la porte de leur maison. Cette coutume vient de l’époque romaine, où l’on pensait que si la mariée trébuchait en entrant chez eux, cela porterait malheur au couple nouvellement marié. Porter la mariée pour passer le seuil éviterait ainsi tout risque et permettrait de conjurer le mauvais sort.

Aujourd’hui encore beaucoup de mariés aiment, pour se porter bonheur ou par pur plaisir de la tradition, que le marié porte sa femme pour entrer chez eux.

marié portant mariée

Source: stretch-mark-removal.co

 

Pourquoi la mariée se tient à gauche

Traditionnellement, le marié se tient à la droite de la mariée pendant tout le déroulement du mariage. Cela peut paraître surprenant, mais cette habitude a des origines barbares. A l’époque, l’homme qui souhaitait se marier kidnappait la jeune fille qu’il avait choisie. Il la recouvrait d’un drap blanc et l’emmenait avec lui. Le futur marié devait alors défendre sa « prise ». On l’attaquait de toutes parts, les coups d’épée venant tant de la famille de la jeune fille que d’inconnus. La plupart des gens étant droitiers, le jeune homme tenait sa femme par la main gauche et son arme de la main droite au cas où il devait se défendre.

De nos jours, la tradition selon laquelle la mariée se tient à la gauche du marié se fait presque inconsciemment, sans forcément s’en rendre compte.

partager sur FaceBook